Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

Le monde (des familles d’accueil) selon Françoise Laborde

et notre réponse aux propos outranciers interview par Alexis Poulin dans "le Monde Moderne"en sept 2019

Accueil Articles Le monde (des familles d’accueil) selon Françoise Laborde

 

« aujourd’hui on sait quoi faire, mais on ne fait rien »

Août 2019, sur le média en ligne d’Alexis Poulain « Le Monde Moderne » l’ex journaliste Françoise Laborde a trouvé une oreille attentive pour venir nous l’ affirmer  comme elle l’a écrit  dans son  ouvrage avec Michèle Créoff « Le massacre des innocents »

les enfants ont une expression pour cela : « c’est celui qui dit, qui est ». en effet, après avoir taclé copieusement « une presse qui prend position », avec « des journaliste qui devraient faire leur méa culpa lorsqu’ils se trompent… » voici que Mme Laborde prend position elle-même sans aucune retenue.

Elle nous explique que Perrine Goulet est une ancienne enfant placée, « elle sait de quoi elle parle et elle aurait méritée d’être nommée secrétaire d’état à l’enfance, à la place,on a nommé Adrien Taquet qui n’a pas les compétences de Perrine Goulet » . il faut peut-être rappeler que Mme Goulet a plusieurs fois dit combien elle a tout fait pour oublier cette partie douloureuse de sa vie avant que cette dernière ne la rattrape malgré elle alors quant aux compétentes que lui prête l’ex journaliste j’ai un ami qui a une expression pour cela:

est-ce que l’on est obligé d’avoir eu un infarctus pour devenir cardiologue?

plus personnellement le « tu n’as pas d’enfant, tu ne peux pas comprendre », m’a toujours agacée,

mais voici que Françoise Laborde nous explique qu’il faut recruter des familles d’accueil, on en manque. jusqu’ici rien de bien nouveau, mais la suite est remarquable et ce sont ces propos qui ont suscité ma colère et ce droit de réponse que vous pouvez écouter en suivant le lien ci-dessous, je vous les livre tels qu’ils ont été prononcés par l’ex journaliste, dans leur « jus ». Entre parenthèses, ce sont mes commentaires, je n’ai pas pu m’en empêcher! Chacun appréciera !!

Bien que réchauffé, je trouvais que ces propos avaient une résonance toute  particulière compte tenu de la situation de crise sanitaire et du confinement que les assistants familiaux ont traversé et durant laquelle, leur travail a été salué. j’ai une pensée aussi pour tous les parents qui ont découvert en ne travaillant plus pour certains ou en étant en télétravail leurs enfants (et vice-versa) en étant confinés avec eux!

Eve Arnaud

« Mais pour être famille d’accueil, il faut quoi? il faut que la mère ne travaille pas (faux), il faut qu’elle ait eu au moins des enfants(faux), il faut qu’elle ait un logement suffisamment grand pour pouvoir acquérir ( nous accueillons! )des enfants (nous pouvons disposer d’une seule place et avoir un petit logement) et on lui demande aucune compétence (agrément PMI + formation et diplôme d’état niveau 5 voir une passerelle vers un niveau 4, pour rappel:  50% des assfam ont le Bac voir plus ). Mais c’est le modèle de la famille d’accueil des années 60 !  Au nom de quoi, une mère qui ne travaille pas ne peut pas élever des enfants ? mais ça veut dire quoi cette affaire? Donc on met des enfants dans une famille dont les mamans ne sont pas,  heu…voilà, pas forcément inscrite dans la vie active,(faux) et qui parfois ont plusieurs enfants pour pouvoir aménager un peu, parce que bon, ça rapporte un peu d’argent, pas forcément, mais enfin, c’est autour de 2000 euros par enfant(faux: 120 h SMIC/mois,et en plus salaire dégressif si plusieurs enfants cf:CASF). Je veux pas avoir l’air de dire que l’on devient milliardaire avec ça (mais c’est dit!!!!) On a des familles qui se retrouvent avec plusieurs enfants, on a des familles formidables,(merci La Palisse), on a des familles d’accueil qui sont pas bien, donc il faut faire le tri (re- merci La Palisse). Il faut permettre à des femmes plus jeunes et qui travaillent d’être famille d’accueil parce que ça dépend aussi de l’âge des enfants  (Que fait- on de la permanence du lien de la figure parentale si nécessaire pour  soigner et  accompagner vers la résilience un enfant en souffrance? ) et il faut faire en sorte qu’elles soient partenaires de l’ASE et pas simplement des familles relais (confusion+méconnaissance de notre réalité d’assistants familiaux ) à qui on dépose et on prend les enfants sans discuter avec eux .(approximation+méconnaissance). Donc il faut avoir un niveau d’exigence, il faut un peu les professionnaliser « (voilà, voilà!)

Notre réponse sur le même média avec Alexis Poulin

https://player.acast.com/archives-time-to-blast/episodes/aide-sociale-a-lenfance-rencontre-avec-eve-arnaud

vous pouvez si le cœur vous en dit  écouter Françoise Laborde dans le lien suivant:

https://player.acast.com/archives-time-to-blast/episodes/le-massacre-des-innocents-les-oublies-de-la-republique