Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

L’impact en santé mentale du premier confinement lié à la COVID-19 sur les enfants confiés aux services de la Protection de l’enfance auprès d’assistants familiaux

synthèse des résultats. Recherche réalisée sous la direction du Dr Sydney Gaultier

Accueil Articles L’impact en santé mentale du premier confinement lié à la COVID-19 sur les enfants confiés aux services de la Protection de l’enfance auprès d’assistants familiaux

Objectifs de la recherche

Il y a une année, le 17 mars 2020, les dispositifs de protection de l’enfance sont entrés dans la réalité de la crise sanitaire de la Covid-19. L’inédit de la mesure de confinement prise par le gouvernement et l’état d’urgence sanitaire ont amené à des réaménagements brusques des organisations et des vies de tous. Les services de la Protection de l’Enfance en ont été impactés tout en se devant de maintenir la continuité de l’ensemble des missions et le maintien des
mesures protectrices de placement administratives comme judiciaires.
Bien que le confinement protège la population des risques liés à la pandémie, il produit à son tour des effets psychologiques et
psychosociaux qu’il nous importe de saisir et de mesurer.
Quels sont les effets de ce premier confinement sur la santé mentale des enfants confiés à des assistants familiaux ? Quelles sont les évolutions des enfants, semaine après semaine durant ce confinement ? Comment interpréter les changements observés, positifs comme négatifs ? Que peut nous enseigner cette crise sanitaire sur les besoins et vulnérabilités spécifiques des enfants placés ?

Recherche réalisée
Sous la Direction de :
Sydney GAULTIER
Dr en psychologie clinique et pathologie, Unité
Transculturelle de l’Enfant et de l’Adolescent,
Service Universitaire de Psychiatrie de l’Enfant
et de l’Adolescent, CHUV, Lausanne.
Maître de conférences associé en psychologie
clinique, Université Savoie Mont Blanc (2014-
2020), LIP/PC2S Chambéry/Grenoble.
En partenariat avec :
Christelle DEL ROSARIO
Directrice départementale Enfance Jeunesse
Famille, Département de la Savoie, Chambéry.
Joana NORTON
Épidémiologiste, PhD, Institut des
Neurosciences, Université de Montpellier,
INSERM.
Catherine GANDUBERT
Attachée de recherche clinique, Institut des
Neurosciences, Université de Montpellier,
INSERM.

la totalité de la recherche est ici en fichier-joint