Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

LA PROFESSIONNALISATION DES ASSISTANTS FAMILIAUX

30 mai 2013-Laurent CAMBON

Accueil Articles LA PROFESSIONNALISATION DES ASSISTANTS FAMILIAUX

 

Le métier d’assistant familial, qui constitue de loin le plus gros effectif du secteur de la protection de l’enfance, a connu un long processus de professionnalisation depuis la première loi son activité, en 1977, jusqu’à celle de 2005 qui a créé le Diplôme d’État d’Assistant Familial. Drôle de profession, en vérité, que celle qui n’est soumise à aucune durée légale du travail, qui ne bénéficie d’aucun repos compensateur et dont le droit aux congés payés est soumis à l’accord du service employeur. Laurent Cambon décline avec précision les contours paradoxaux de ce métier en tension permanente entre affection et distance, entre contrôle et secret de l’intimité, entre travail individuel et équipe pluridisciplinaire, entre permanence et séparation, entre vie privée et vie publique, entre don de soi et salariat.

C’est qu’il n’est guère facile d’exercer une fonction parentale sans remplacer les parents, de voir son mode de fonctionnement familial exposé au regard extérieur, d’être critiqué tant pour son trop grand investissement que pour un manque de bienveillance. Certains travailleurs sociaux, qui ont pourtant rang de collègues, sont parfois vécus, par certaines familles d’accueil, comme surtout donneurs de leçons, mais pas vraiment dans le soutien. Certaines familles d’accueil sont perçues, par certains travailleurs sociaux, comme manquant de professionnalisme et surtout attirées par l’appât du gain. Quand on rajoute l’exigence, faite aux services de placement familial, de faire toujours mieux avec moins de moyens face à des populations en détresse de plus en plus grande, on mesure la complexité de l’exercice. L’auteur nous propose ici une analyse fine et pertinente du subtil équilibre à trouver entre la reconnaissance de la professionnalité et la prise en compte de la dimension personnelle immanente à l’exercice si particulier de ce métier.

La loi du 27 juin 2005 a sonné le glas d’une révolution culturelle dans les placements familiaux : la professionnalisation des assistants familiaux. Bien plus que la création d’un diplôme (le DEAF) ou la mise en place des 240 heures obligatoires, cette loi amorce l’émergence d’un métier nouveau et pourtant très ancien, instaurant la famille d’accueil traditionnellement dévouée à l’hébergement de jeunes en difficulté comme un acteur essentiel dans le dispositif de protection de l’enfance. Si la loi a acté la professionnalisation des assistants familiaux, pour autant le passage du registre de l’engagement quasi domestique à une posture de professionnalité ne va pas de soi. Cette évolution a des répercussions très fortes en matière de management, de qualité de service et d’organisation et constitue un nouvel enjeu pour les cadres en placement familial. Les établissements et services sont aujourd’hui amenés à revoir totalement leurs outils de management ainsi que les modes de coopération entre éducateurs spécialisés et familles d’accueil. Prenant appui sur l’expérience d’une association d’Ile-de-France, l’auteur invite à repenser les modalités de management des assistants familiaux afin d’intégrer leur professionnalisation, de modifier les représentations de métier et changer les pratiques des placements familiaux. A cet effet, il propose des outils de management abordant des préoccupations aussi diverses que la formation, la pluridisciplinarité des équipes, le recrutement, le management par les compétences et les objectifs, l’actualisation des outils 2002-2 mais aussi l’usure professionnelle, le rapport de monétarisation de l’accueil familial. Ce livre est destiné aux cadres en placement familial, ainsi qu’aux travailleurs sociaux coopérant avec les assistants familiaux. Il s’adresse plus largement à tous ceux qui s’intéressent aux notions de professionnalité et d’identité professionnelle.


Publié le 29 mai 2018

Liens