Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

Covid-19 enfants confiés en famille d’accueil : une situation sanitaire qui se dégradent

Visio du 29 mars 2021 avec Adrien Taquet : notre contribution commune

Accueil Articles Covid-19 enfants confiés en famille d’accueil : une situation sanitaire qui se dégradent

l’annonce nous a été faite en fin de semaine dernière, avec juste le weekend (il est  vrai que c’est repos pour les assfams…) pour  avoir des remontées de terrain suffisantes pour objectiver au mieux un contexte qui pèse sur nous tous. Mais voici les éléments que nos trois organisations, Anamaaf, Casamaaf et Saf solidaires, ont adressés à Adrien Taquet

 1Réforme du statut des assistants familiaux : 1


2ème trimestre 2021
Situation des assistants familiaux en période de crise sanitaire Covid-19

Malgré la longueur de cette crise qui s’éternise, les difficultés récurrentes pour une profession en souffrance. Sans que nous puissions évidemment établir un lien direct avec la situation de crise sanitaire actuelle, nous relevons une augmentation des demandes pour information portant sur une reconversion professionnelle et des ruptures conventionnelles du contrat de travail.

Ce que dit une professionnelle :

« – fatigue intellectuelle et psychique du fait de porter toutes les directives, les incohérences et les frais pour prévenir tous les risques.
– désabusée et parfois irritée face aux incohérences des annonces.
Ex : regroupement pas plus de 6, mais maintien des rencontres familiales avec TISF a 7, 8. Réponse du service  » il y va de l’intérêt SUPÉRIEUR des enfants » et … »le métier comporte des risques ». Mais pas couverte en maladie professionnelle si nous avons la COVID.
– le sentiment d’être méprisée, oubliée, des grandes promesses des primes, revalorisation, reconnaissance, nous ne sommes pas des 1ere ligne, pas des 2nde ligne, nous sommes pourtant là, non-stop !!!! »

Les professionnels disent qu’ils tentent de faire pour le mieux en respectant les consignes et en bougeant peu du domicile.

Les assistants familiaux ont le sentiment de ne pas être considérés comme des professionnels à risque. En cas d’atteinte par le covid-19, ces professionnels continuent de travailler et de poursuivre leurs accueils dans l’intérêt des enfants mais ne se sentent pas soutenus.

  • Absence de protocole en cas de maladie, les employeurs « naviguent à vue »: pas d’appels des services de placement familial, pas de proposition pour la mise en place d’une assistance au domicile, portage de repas et aide à domicile…
  • Les enfants porteurs de troubles importants, ayant des prises en charge multiples sont aussi ceux qui circulent le plus et font circuler le virus car ils sont difficilement « isolables ».
  • Les assistants familiaux malades, et hospitalisés pour certains n’ont pas été en arrêt de travail. Certains peinent à obtenir des congés pour souffler alors qu’ils sont encore sous traitements médicamenteux et suivi médical (situation qui semble plus fréquente chez des couples assistants familiaux)

Aujourd’hui quelle sera la reconnaissance chez ces professionnels à la moyenne d’âge élevée, qui n’ont pas été en arrêt de travail le temps de leur maladie, d’éventuelles séquelles liées à la COvid-19, de leur PEC en cas de Covid long. ?

Des retours que nous avons recueillis, il se dégage un sentiment encore plus fort aujourd’hui pour les assistants familiaux de ne pas être pris en considération.

  • Malgré toutes les précautions, les enfants accueillis reviennent régulièrement « cas contact » ou « cas contact de cas contact », exposant leur santé à un risque au quotidien.

« Les test PCR sont devenus à la limite un rituel après les visites en famille…tout ceci occasionne des frais supplémentaires, de l’organisation en termes de déplacements et du temps passé Et même pas un masque chirurgical en retour ».

  • De nombreux employeurs publics qui n’ont pas encore totalement organisé la distribution des nouveaux masques. Absence de prise en compte du coût supplémentaire des achats de protection (masques, gel, désinfectant) pour la famille d’accueil.
  • Nous demandons:
  • – De toute URGENCE, l’accès prioritaire à la vaccination pour tous les assistants familiaux (employeur public et privé) ainsi que leurs conjoints.
    – En cas de confinement total, l’ accès prioritaire à l’école collège et tout EMS aux enfants confiés de la Protection de l’ Enfance et à ceux des assistants familiaux.
    Dans le contexte actuel où de plus en plus d’assistants familiaux sont touchés par le Covid et donc par ricochet les enfants accueillis, qu’ en est il :
    – De la possibilité de leurs protections vis-à-vis des DVH ?
    – De leurs soutiens pendant ces périodes d’isolement, de la non mise en place de cellule de repli, des cas de contamination des enfants et donc de leur responsabilité, des aides de portage lorsque l’on ne peut pas se déplacer (nourritures, médicaments…), d’aides ménagères lorsque l’état de santé ne permet pas
    de faire face du fait de la maladie… ?
  • – lorsque des départements volontaires doivent faire face à des refus de la part des « TISF » et/ou employés d’aides à domicile qui font valoir leur droit de retrait, aucune aide ne peut être apportée aux assistants familiaux qui se retrouvent isolés sans solutions ni protections ?
    – Lorsque qu’un assistant familial veut faire valoir son droit de retrait, il se voit opposer la non possibilité légale de pouvoir le faire !…et donc de se confronter à son employeur qui lui brandit la menace de licenciement ?
    – Et enfin qu’est-il envisagé pour les assistants familiaux qui doivent faire face au COVID long ?