Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

Agrément et recrutement des familles d’accueil à l’ASE: un problème récurent, indice d’un malaise?

Serge ESCOTS (psychothérapeute, formateur) juin 1998 dans "l'accueil familial en revue" N°5

Accueil Articles Agrément et recrutement des familles d’accueil à l’ASE: un problème récurent, indice d’un malaise?

c’était en 1998, on nous nommait encore les « assistants maternels ».

21 ans plus tard… alors que  la profession est progressivement sacrifiée sur l’hôtel de l’austérité budgétaire mais pas que…il est essentiel de lire ce que Serge Escots déroule sur les dimensions spécifiques de l’accueil familial, sur la nécessité absolue de son accompagnement, sur la difficile articulation entre l’agrément et le recrutement,  et ses contradictions.

l’analyse est pertinente et toujours d’actualité avec  autant de questions dont nos gouvernants et une majorité de départements ne se sont pas saisies.

à lire ci-joint attentivement jusqu’au bout

extraits:

« Le recrutement d’une famille : un acte inaugural en accueil familial
Si l’agrément relève davantage de la logique du Social, au travers de sa commande et de sa représentation du métier d’assistante maternelle, le recrutement, parce qu’il contient tout l’enjeu de l’accompagnement, est avant tout porteur de la logique de l’accueil familial.
La nécessité d’accompagnement de l’accueil familial oblige à un temps inaugural spécifique car cette dimension ne va pas de soi. Le recrutement est un acte fondamental qui ouvre à l’altérité d’autres professionnels situés à d’autres places dans l’accueil familial. Il introduit et pose les bases de cette complémentarité toujours à inventer, sans laquelle il n’est pas honnête de parler d’accueil familial.
Vouloir réduire le recrutement en imaginant que l’agrément suffit, c’est finalement ne pas prendre en compte la logique propre à l’accueil familial. Celle-ci contredit une vision humaniste, pétrie de bons sentiments, qui consisterait à penser que l’amour suffirait et viendrait à bout de toutes les difficultés. Les mauvais sentiments et l’incapacité à s’attacher ne me semblent pas des qualités de bases pour le travail social. Mais, si les bons sentiments et la capacité d’attachement sont indispensables pour intervenir en accueil familial, c’est insuffisant pour faire face aux problèmes que l’on y rencontre. »….