Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

Adrien Taquet : « Je lancerai avant l’été un pacte pour l’enfance »

LA CROIX.COM-Par Recueilli par Nathalie Birchem et Emmanuelle Lucas , le 11/03/2019

Accueil Articles Adrien Taquet : « Je lancerai avant l’été un pacte pour l’enfance »

Adrien Taquet, le nouveau secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance, annonce en exclusivité dans La Croix qu’il va lancer un pacte pour l’enfance. Il comportera trois priorités : l’accompagnement à la parentalité, la lutte contre les violences faites aux enfants et les enfants placés.

secretaire-dEtat-Adrien-Taquet-visite-foyer-enfance-Recollets-Paris-janvier-dernier_0
Le secrétaire d’État Adrien Taquet en visite au foyer de l’enfance des Récollets, à Paris, en janvier dernier. / Bruno Levy/Divergence

La Croix : Vous avez été nommé fin janvier secrétaire d’État auprès de la ministre des solidarités et de la santé et vous êtes en charge de la protection de l’enfance. Quelles sont vos priorités ?

Adrien Taquet : Je veux construire un nouveau pacte pour l’enfance. Je suis làpour incarner la priorité politique que le gouvernement veut donner à l’enfance. Je lancerai ce pacte avant l’été et il comportera trois piliers.

Le premier concernera la prévention. La meilleure façon de protéger les enfants, c’est de mieux accompagner les parents. Je réfléchis donc à un dispositif pour les 1 000 premiers jours, qui démarre au moment où vous apprenez la grossesse. Il ne s’agira pas seulement d’un accompagnement autour des questions de santé, mais il portera aussi et surtout sur les aspects éducatifs et de soutien à la parentalité.

Nous devons aussi avancer sur les maltraitances éducatives ordinaires, même si je n’aime pas ce terme. Sur la santé des tout-petits, il existe déjà des mesures, comme le recours à une sage-femme à domicile au retour de la maternité, mais elles ne sont pas assez développées. L’entretien prénatal précoce, remboursé à 100 % par l’assurance maladie, n’est pas assez utilisé. Nous réfléchissons également, en lien avec les départements, à renforcer le rôle des Protections maternelles infantiles (PMI) dans cet accompagnement.

Un enfant meurt tous les cinq jours sous les coups d’un membre de sa famille. Que comptez-vous faire ?

A. T. : La deuxième priorité de mon plan sera la lutte contre toutes les violences faites à nos enfants et ce ne sont que les chiffres qui font l’objet d’une procédure judiciaire.Il faut mieux repérer les familles maltraitantes. On constate par exemple qu’il n’existe pas de fichier national sur les informations préoccupantes. Une famille repérée par les services sociaux qui déménage n’est pas suivie si elle déménage dans un autre département, ou pas assez vite. Cela doit changer.

Par ailleurs, nos enfants passent beaucoup de temps dans des lieux tels que les crèches, les centres de loisirs, les clubs sportifs, les associations… Je travaille avec les collectivités locales pour une meilleure qualité de prise en charge notamment via la formation du personnel. Nous réfléchissons aussi pour savoir comment informer les employeurs dont les salariés ont des contacts avec les enfants, en cas de condamnations pour agressions. Nous devons aussi avancer sur l’exposition des mineurs à la pornographie. On est en train de bâtir un plan interministériel global que j’annoncerai aussi d’ici l’été.

Enfin, la troisième priorité de mon pacte pour l’enfance, ce sera l’aide sociale à l’enfance (ASE).

Actuellement de très nombreux jeunes placés à la suite de maltraitance familiale se retrouvent sans solution à 18 ans et parfois à la rue. La députée Brigitte Bourguignon porte une proposition de loi pour rendre obligatoires des « contrats jeunes majeurs » jusqu’à 21 ans. La soutenez-vous ?

A. T : Je tiens d’abord à dire que je ne peux que me réjouir de voir des parlementaires, des associations se mobiliser autour de cette question, jugée prioritaire par le gouvernement dès le lancement du plan pauvretéIl faut maintenant travailler sur le contenu du dispositif de sortie, qui diffère radicalement d’un département à l’autre.

J’ai donc confié à Brigitte Bourguignon une mission pour aller voir ce qui se fait de bien dans les territoires de façon à rendre ensemble sa proposition de loi encore plus ambitieuse et solide pour l’avenir des jeunes. Ce texte devrait être discuté avant l’été. Une fois qu’on aura identifié les bonnes pratiques, il faudra inciter les départements à les appliquer. Est-ce que ce sera par obligation ou par contractualisation ? Je pense que les départements auront intérêt à agir car, à défaut de solution, ces jeunes risquent de se retrouver dans des hébergements d’urgence, ce qui, outre le gâchis humain insupportable, coûte très cher. Il faudra aussi mieux mobiliser les dispositifs nationaux : les jeunes de l’ASE peuvent-ils avoir un accès prioritaire au logement social ? Est-ce qu’on peut envisager une garantie jeune adaptée à leur profil ?

Les cinq principales mesures du plan pauvreté d’Emmanuel Macron

Plus globalement, allez-vous réformer l’ASE  ?

A. T.  : Je me suis engagé à présenter aussi d’ici l’été, en lien avec les départements dont c’est la compétence, un plan plus global sur l’aide sociale à l’enfance. Au-delà de la question des sorties de l’ASE, il faut améliorer la qualité de la prise en charge des enfants protégés. Par exemple, un enfant placé connaît en moyenne sept lieux de placement. On doit travailler là-dessus comme sur la santé et la scolarisation des enfants protégés.

Je vais par ailleurs lancer une mission parlementaire sur l’adoption. Il y a des enfants placés dans des familles où l’adoption serait souhaitée, mais où ça ne se fait pas. Il faudrait rendre les choses plus faciles. Enfin, nous sommes conscients que certains départements ont des difficultés à exécuter les décisions de placement. Mais nous avons une mauvaise connaissance des raisons qui expliquent cette situation. La ministre de la justice Nicole Belloubet et moi avons lancé une mission pour faire des recommandations.

« Mamans SOS », contre vents et marées

Les départements se plaignent du nombre de plus en plus important de jeunes migrants isolés, qu’ils doivent prendre en charge s’ils sont évalués mineurs. Qu’allez-vous faire ?

A. T.  : Il faut d’abord mettre en place tout ce qui a été décidé avec l’Association des départements de France l’an dernier. Les départements vont toucher d’ici quelques semaines un appui financier de 175 millions d’euros, ce qui correspond, pour la phase de l’évaluation de la minorité, à 500 € par jeune et, pour la prise en charge, à 6 000 € par mineur accompagné. Il y aura aussi une aide supplémentaire de l’État pour l’hébergement pendant l’évaluation. Tout ceci représente un effort significatif, sur une compétence qui reste pleinement départementale. Ensuite, nous souhaitons mettre en place des pôles régionaux pour mieux répartir les jeunes sur le territoire dès la phase de l’évaluation.

Un guide des bonnes pratiques va aussi être mis en place pour éviter des disparités trop importantes entre départements. Ces différences entraînent un nomadisme des jeunes qui, une fois déboutés quelque part vont tenter leur chance ailleurs. J’observe d’ailleurs que la grande majorité des départements avec qui j’en ai parlé attendent avec impatience l’application du décret en cours d’expérimentation qui institue un fichier national des jeunes migrants qui sollicitent la protection de l’aide à l’enfance. Quelques autres se sont déclarés gênés par ce décret. Avec eux, on pourra échanger sur les modalités d’application.

Aide sociale à l’enfance, le gouvernement ne soutiendra pas sa majorité

—————————

L’aide sociale à l’enfance au centre des attentions

Les enfants placés. Environ 295 000 mineurs, en danger dans leur famille, relèvent de la protection de l’enfance, qui dépend des départements.

La situation à la majorité. Près de 21 000 jeunes de plus de 18 ans bénéficient d’un contrat jeune majeur, qui prolonge la prise en charge. On estime qu’un SDF sur quatre est un ancien enfant placé.

Plusieurs initiatives. La députée (LREM) Brigitte Bourguignon a déposé une proposition de loi, soutenue par 160 députés – dont Adrien Taquet avant d’être ministre – visant à étendre la prise en charge obligatoire jusqu’à 21 ans. Le 12 mars, le collectif #LaRueA18ans organise une soirée pour soutenir ce texte. Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la pauvreté, lui, a présenté un projet visant à contractualiser une prise en charge après 18 ans avec les départements.

Recueilli par Nathalie Birchem et Emmanuelle Lucas
Mentions légales – © 2019 – Bayard Presse – Tous droits réservés – @la-croix.com est un site de la Croix Network