Chargement en cours
Un bloqueur de publicité a été détecté sur votre navigateur pouvant entraîner des erreurs d'affichage sur notre site.
Aucun contenu publicitaire n'étant ici diffusé, nous vous invitons à désactiver cette restriction pour ce site en cas de problème. ×

DÉPARTEMENT -Le ras-le-bol des travailleurs sociaux

OBJECTIFGARD.COM

Accueil Articles DÉPARTEMENT -Le ras-le-bol des travailleurs sociaux

Une quarantaine d’agents s’est mobilisée ce matin devant les locaux de la collectivité territoriale.

En grève, ils réclament plus de moyens humains et des places en foyer pour assurer la protection des enfants. 

L’enfance, les personnes âgées et celles atteintes d’un handicap sont les trois missions sociales des Départements. « Dans le Gard, la protection des enfants et la lutte contre la maltraitance se décompose en trois services : la PMI (Protection maternelle et infantile, entre 0 et 6 ans), ASE (l’Aide sociale à l’enfance), et le SST (Service social territorialité) », explique Christophe Jeanjean, secrétaire CGT.

Le décor ainsi planté, place aux faits. Ce matin dès 9 heures, une quarantaine d’agents ont manifesté devant les locaux du département du Gard. Sous l’égide du syndicat CGT, leur mobilisation n’est pas nouvelle. Régulièrement les travailleurs sociaux débrayent pour dénoncer la politique d’économies engagée par le Département, présidé depuis 2015 par le Socialiste Denis Bouad.

Pour ces professionnels, il y a urgence. « Les enfants que l’on doit protéger sont en danger», alerte Dominique, assistante socio-éducative, « alors qu’ils nous sont confiés par la justice, le Département n’a plus les moyens de placer ces enfants (en foyers, NDLR). On se retrouve avec des travailleurs sociaux qui portent à bout de bras des enfants en danger tout en se demandant s’il ne va pas se passer quelque chose ! » Autre argument des syndicalistes : la loi de mars 2016 relative à la protection de l’enfance et qui «renforce la responsabilité du président du Département s’il arrive un incident. »

Entretien jeudi avec le Président 

«En pénurie », les agents réclament davantage de moyens humains : « aujourd’hui, les arrêts maladie, les congrès maternités ne sont pas remplacés», relève une syndicaliste. L’augmentation du nombre de places en foyers est aussi l’une des revendications des grévistes. 

Le président du Département recevra une délégation de manifestants, jeudi prochain à  8 heures. Un rendez-vous en amont de la préparation du budget 2019, qui débutera dès la rentrée de septembre.

 

coralie.mollaret@ojectifgard.com

Publié le 14 juillet 2018